Reconversion professionnelle et hébergements insolites

Epuisé par une succession de confinements et de télétravail, de nombreux actifs ont décidé de se mettre au vert après avoir fait le point sur leur vie ou réalisé un bilan de compétences. Que ce soit à la suite d’un burnout ou d’une simple envie de changement de vie, ils se réorientent professionnellement vers un nouvel univers encore inconnu pour la majorité d’en eux : le tourisme insolite.


Une quête de sens

Proposer un hébergement insolite à la location (tipi, yourte, cabane perchée dans les arbres…) permet de se lancer dans une aventure entrepreneuriale ayant du sens au yeux de cette génération sensibilisée à l’écologie, au développement durable en phase avec la nature. L’objectif premier est de retrouver du sens à leurs actions tout en conciliant vie professionnelle et vie personnelle. Pour cela, certains font le grand saut et quittent du jour au lendemain un travail rémunérateur alors que d’autres plus prudents prennent un congé longue durée ou garde un job à côté le temps de se lancer et de s’assurer une solution de repli.


Un casse-tête administratif

Construire des hébergements insolites en France (roulotte, tiny-house, bulle…) est un vrai parcours du combattant face aux PLU (plans locaux d’urbanisme) ou au RNU peut favorables à l’édification de ce type de construction. Ainsi, il faut s’armer de patience, environ deux ans, pour trouver un terrain éligible à la construction de ces structures de loisir et décrocher une autorisation administrative pour leur implantation. Cela a de quoi en décourage plus d’un.


Les qualifications professionnelles

Réussir sa reconversion professionnelle ne s’improvise pas et passe par un projet maîtrisé. D’un premier abord, il est facile de sous-estimer la charge de travail et les difficultés inhérentes à certaines tâches. En effet, changer de métier lorsque l’on est déjà engagé dans la vie professionnelle (salarié ou demandeur d’emploi) requiert de nouvelles compétences nécessitant parfois de suivre une formation professionnelle continue notamment en hôtellerie/restauration ou en gestion d’entreprise. Cela peut également prendre la forme de stage comme pour l’hygiène (HACCP) et la vente d’alcool (le permis d’exploitation) …


La création d’entreprise

Une fois les conditions remplies pour ouvrir une chambre d’hôte, un camping, un parc résidentiel de loisir … il convient de procéder à la déclaration de son activité professionnelle ou non professionnelle selon le statut juridique, social ou fiscal choisi. Certains organismes comme Pôle-emploi ou les chambres consulaires (les CCI, les chambres d’agriculture) proposent un accompagnement individuel ce ces jeunes entrepreneurs qui découvrent le monde de l’entreprise sous un nouveau visage en se mettant à leur compte.


Le manque d’expérience

Une fois dans le grand bain, les exploitants d’hébergements se retrouvent confronté à la dure réalité de l’activité. Sans stratégie commerciale et marketing, certains sont contraint de mettre rapidement leur activité à l’arrêt faute de pouvoir se rémunérer convenablement pour vivre de leur activité. Pour éviter d’en arriver là, il est souhaitable d’investir dans une formation dédiée aux futurs exploitants d’hébergements insolites ou atypiques qui permet d’éviter bien des écueils. Cela passe notamment par une analyse globale de votre projet et la maitrise de votre business modèle d’entreprise.


Oriente ta boussole vous aide à définir votre marché et vous positionner sur une catégorie d'hébergement en fonction de l'expérience client visée, de la catégorie de confort et des services proposés. Nous réfléchissons ensemble à construire votre offre commerciale (segment, cible, tarifs...) et à mettre en place une stratégie de distribution efficace pour vous permettre de trouver vos premiers clients. Pour en savoir plus je vous invite à suivre le lien suivant en cliquant ICI.



27 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout